La signature électronique s’impose largement dans le secteur bancaire

Usages
27 avril 2020

Incontestablement, la digitalisation change la donne dans tous les secteurs de l’économie, le secteur bancaire n’étant pas en reste. Selon le dernier baromètre sur la performance numérique des banques françaises de D-Rating, 68% des banques de réseau proposaient fin 2019 l’ouverture d’un compte en ligne, comblant ainsi leur retard face aux nouveaux acteurs que sont les banques en ligne et néo-banques.

signature electronique banque

L’extension des services en ligne se confirme également comme en témoigne l’accès à une offre de crédit à la consommation que 61% des banques étudiées proposent désormais. La signature électronique s’inscrit pleinement dans cette dynamique de digitalisation. Elle est en effet l’atout majeur des banques souhaitant attirer de nouveaux clients et s’avère ainsi très efficace lors de l’ouverture d’un compte en ligne en quelques clics, simplement et sans avoir à se déplacer ! Les banques ont donc tout intérêt à l’adopter au plus vite. Rappelons que la signature électronique permet à ses utilisateurs de prouver l’intégrité d’un document signé, garantie que son contenu n’a pas été modifié grâce à l’horodatage qualifié, et l’identification d’un signataire. En tant que Prestataire de Services de Confiance (PSCo) qualifié selon le règlement européen eIDAS, nos services de confiance, dont la signature électronique, respectent les normes en vigueur. Si la signature numérique a été adoptée par les acteurs historiques du secteur, c’est notamment pour sa capacité à sécuriser les transactions au profit des clients et des établissements bancaires. Alors comment participe-t-elle à la performance des banques ? Explications…

Si la signature électronique a été popularisée auprès du grand public dans le cadre du développement rapide des banques en ligne, elle s’est ensuite généralisée comme nous venons de le voir à l’ensemble du secteur bancaire. Elle demeure l’une des innovations majeures survenues dans cet univers dans le cadre de la digitalisation des services.

Comment la signature électronique change la donne ?

Elle est (presque) partout, sait se rendre indispensable et facilite la vie de ses utilisateurs ! A distance ou en agence, la signature électronique permet désormais de souscrire de manière sécurisée à différents produits et services bancaires. Elle est l’aboutissement du parcours de contractualisation.

Avant toute chose, la signature numérique permet aux professionnels bancaires de gagner du temps… au profit de la relation client : moins de temps passé à la paperasse (signatures manuscrites chronophages de contrats, archivage de documents papiers…) se traduit par davantage de temps dédié à la gestion d’un portefeuille clients. Les opérateurs financiers peuvent ainsi se consacrer pleinement à leur cœur de métier. En raccourcissant les délais de traitement des dossiers, elle optimise également la productivité des équipes.

Toujours côté banque, la signature électronique permet de dématérialiser un processus de bout en bout et simplifie la vie des collaborateurs en leur permettant par exemple de partager des documents liés à leur clients (contrats divers, documents de crédits…). Elle améliore la gestion interne des documents en supprimant les risques de perte. Dans ce cadre, la signature électronique favorise une bien meilleure traçabilité : les documents signés électroniquement sont centralisés, classés et disponibles en ligne à distance, en mode SaaS, la date et l’heure des transactions ainsi que l’identification des signataires sont quant à elles garanties. Enfin, il est possible grâce à elle de s’affranchir des frais d’impression, postaux et d’entreprosage, générant ainsi des économies conséquentes.

Côté client désormais, la signature électronique participe tout d’abord à fluidifier le parcours de souscription et améliore l’expérience utilisateur : vous signez électroniquement vos documents (contrats, offres de crédit…) simplement, rapidement et de manière intuitive, où que vous soyez et sans avoir à vous déplacer en agence. L’objectif final est de permettre à l’utilisateur de se concentrer uniquement sur les documents à signer et non sur le prodécé de signature. Les document signés peuvent ensuite être transmis dans un espace client sécurisé d’une banque pour être consultés, imprimés et téléchargés autant que de besoin.

La signature électronique est indispensable à la dématérialisation de nombreux documents bancaires (comme nous allons le constater dans un prochain article) et participe de fait à l’extension des services en ligne, au bénéfice des clients. Elle est par ailleurs un gage de sécurité comme nous allons le voir maintenant.

La signature électronique sécurise les transactions bancaires

Certaines transactions bancaires peuvent être particulièrement engageantes, tant pour un client signant par exemple une offre de prêt immobilier, que pour une banque décidant d’accorder un crédit financier. Dans ce cadre, il est de la responsabilité du signataire, qu’il soit particulier ou professionnel, de s’interroger sur le niveau de sécurité lié à la signature électronique utilisée selon le risque auquel il doit faire face.

Nous proposons aujourd’hui trois niveaux de signature électronique : simple, avancée et avancée avec certificat qualifié. Elles apportent toutes un procédé d’identification présumé fiable. Plus le niveau de sécurité de signature est élevé, plus le niveau d’identification est renforcé et plus le procédé d’identification est alors présumé fiable.

Notre signature avancée avec certificat qualifié est celle disposant du plus haut niveau de sécurité pour des opérations bancaires spécialement engageantes : crédit immobilier, à la consommation… Elle s’effectue avec un certificat qualifié nécessitant l’envoi d’un document d’identité et un face-à-face entre le futur titulaire du certificat et l’opérateur d’enregistrement délégué (OED). Ce dernier procédera au contrôle physique de l’identité du signataire en plus de sa pièce d’identité, s’assurant ainsi de l’exactitude des informations s’y trouvant.

Sachez enfin que la signature électronique dispose de la même force probante que la signature manuscrite depuis la loi n°2000-230 du 13 mars 2000. L’article 1367 du Code Civil prévoit en effet que la signature électronique constitut une preuve au même titre qu’une signature manuscrite. Elle a donc une valeur légale reconnue et doit ainsi être admise en cour de justice dès lors que sa fiabilité est reconnue. En tant que PSCo qualifié selon le règlement européen eIDAS, nous fournissons un service de signature sûre et utilisable en France comme à l’international.

Perspectives

Nul besoin de boule de cristal pour parier que les acteurs bancaires dans leur ensemble devraient proposer davantage de services en ligne à l’avenir. Mobiles, les français consacrent en effet toujours plus de temps à utiliser les applications de leur smartphone (3h40 par jour en moyenne) et la tendance n’est pas à la baisse ! Si l’on considère par ailleurs le développement progressif de la 5 G sur le territoire, l’issue du pari semble alors assurée. Ces perspectives offrent ainsi à la signature électronique un bel avenir dans le secteur.

Inscrivez-vous à la newsletter

Restez connecté à notre actualité et aux nouvelles fonctionnalités Universign.

Derniers articles en ligne

copie de du 22 au 24 septembre retrouvez nos equipes sur le stand e26 4 350x227
Actualités
21 octobre 2020

Portail web ou API : Comment concrétiser votre projet de signature électronique ?

Lire la suite...
tourisme
Usages
12 octobre 2020

Comment la signature électronique accélère-t-elle les performances du secteur touristique ?

Lire la suite...
copie de du 22 au 24 septembre retrouvez nos equipes sur le stand e26 2 350x227
Actualités
01 octobre 2020

OPH et bailleurs sociaux : comment dématérialiser de bout en bout la gestion de vos baux ?

Lire la suite...
risus. ante. dolor leo sit venenatis nec consectetur diam et,