13
octobre
2015

Vérification d’identité et eIDAS : une avancée majeure pour la signature électronique

maxime Delorme
0 commentaires
Actualités

Retour sur l’Atelier « Vérification d’identité et eIDAS : une avancée majeure pour la signature électronique » organisé dans le cadre des Assises de la Sécurité et des SI 2015. L’occasion pour Universign d’annoncer le lancement d’un service de vérification automatique des pièces d’identités, baptisé ICARe (Identity Card Automated Recognition) et de présenter le retour d’expérience de Banque PSA Finance, qui met en place avec succès la signature avancée de niveau 3 en concessions depuis plusieurs mois.

Plus de 50 personnes, DSI, RSSI et experts, ont assisté à cet atelier thématique dans une salle pleine à l’occasion de la 15ème édition des Assises de la Sécurité et des SI, le 30 septembre 2015.

Introduction incontournable à l’atelier, afin de poser le contexte, un rapide retour sur les principes du règlement européen eIDAS et notamment sur ce que son application au 1er juillet 2016 va apporter au marché de la signature électronique en France et en Europe.

« eIDAS pose les bases d’un réel marché de la Confiance Numérique en Europe en précisant des règles globales vis-à-vis de la signature simple et la signature qualifiée et surtout, en introduisant 2 niveaux intermédiaires avec la signature avancée et la signature avancée avec certificat qualifié » explique Julien Stern.

Pour le président-fondateur d’Universign, l’avancée essentielle apportée par le nouveau règlement réside essentiellement dans la fin du dogme de la carte à puce ! En effet, en donnant une valeur probante à un certificat qualifié stocké sur une carte à puce virtuelle, hébergé dans le cloud par exemple, eIDAS simplifie grandement le processus de signature et la délivrance d’une identité numérique.

Pour illustrer cette annonce, Julien Stern s’est prêté, en direct au cours de l’atelier, à une démonstration live de l’outil ICARe (service de vérification automatique des pièces d’identités), avec sa propre carte d’identité. La démonstration fut concluante puisque ICARe a pu extraire les informations contenues dans la pièce d’identité, rapidement et sans erreur, prêtes à être intégrées dans un formulaire de souscription ou une application tierce.

 Le retour d’expérience de Banque PSA Finance

De la théorie à la pratique, Julien Stern a ensuite laissé la parole à David Blein, responsable du programme informatique e-Signature de la Banque PSA Finance.

Dans sa présentation, M. Blein a clairement exprimé la place centrale du client final au cœur de la réflexion « e-signature », notamment via le projet « One-Stop-Shopping ». En faisant signer électroniquement sur tablette, en concession, ses dossiers de financement, Banque PSA Finance souhaite avant tout moderniser sa relation client, et centrer le vendeur sur son activité principale. Tout en escomptant des gains de productivité administrative et de sécurité.

M. Blein a emmené tout l’auditoire dans un descriptif concret et détaillé du process de signature en concession, du point de vue « expérience-client ». Sa présentation a permis de mettre en lumière chaque étape : de l’établissement du projet de financement à la signature électronique du dossier sur la tablette, jusqu’à son archivage dans un coffre-fort électronique.

Pour conclure son intervention, David Blein a évoqué les premiers résultats : des réels gains d’efficacité et de temps pour tous les acteurs du processus (clients, concessionnaires et société de financement) qui permettent un déploiement sur toute l’Europe et d’envisager l’extension de l’usage de la signature électronique à d’autres process du groupe.

 L’identité numérique en question

Sans surprise, le process de signature électronique avancée avec certificat qualifié en point de vente a soulevé de nombreuses questions, notamment sur les enjeux ouverts par cette notion d’identité numérique.

Des questions sur la comptabilité avec le règlement eIDAS, à moins d’un an avant sa mise en œuvre effective. Celle-ci est garantie par l’implication des équipes d’Universign dans les instances européennes et par l’attention « perfectionniste » apportée par Julien Stern à la stricte conformité des outils aux standards et référentiels français et européens.

De nombreuses questions de l’auditoire ont également émergé, notamment sur le « parcours » du certificat émis lors de la signature du dossier de financement. David Blein confirme qu’un certificat permettra de signer de futurs nouveaux contrats avec Banque PSA Finance, même à distance, pendant toute sa durée de conservation (aujourd’hui de 3 à 5 ans).

Julien Stern insiste de son côté sur le cadre légal de la délivrance des certificats électroniques qui oblige le tiers de Confiance, en l’occurrence Universign, à avoir un lien direct avec l’utilisateur final, celui-ci étant le réel propriétaire de ce certificat. Emis et hébergé par Universign, utilisé par la Banque PSA Finance pour la 1ère signature, le propriétaire pourra utiliser son certificat dans d’autres relations commerciales, pendant toute la durée de conservation.

Des échanges riches avec l’auditoire qui se sont se poursuivi sur le stand Universign au cours des 3 jours de salon. La nature des questions donne aux équipes Universign de précieux retours sur les besoins d’information des décideurs d’entreprise sur ces nouveaux enjeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Testez Universign